Lexique

PAGE EN CONSTRUCTION – PAGE EN CONSTRUCTION – PAGE EN CONSTRUCTION – PAGE EN CONSTRUCTION                      

 A


Approche globale

Une approche globale de la lutte à l’itinérance considère que l’itinérance est un phénomène complexe aux multiples profils et trajectoires, phénomène auquel on ne peut répondre qu’avec une pluralité d’interventions. C’est une approche qui: prône de pouvoir intervenir aussi bien en logement, hébergement, sécurité alimentaire, insertion sociale et professionnelle, travail de rue qu’en prévention; cherche à considérer l’ensemble des personnes en situation et à risque d’itinérance au Québec, et pas seulement les plus visibles, celles qui sont facilement identifiables; vise à prendre en compte les besoins de toutes les personnes vulnérables et ne privilégie pas une option d’intervention au détriment des autres.

« Vision globale: dans laquelle on reconnaît que des droits fondamentaux des personnes itinérantes, membres de la cité comme tout un chacun, sont bafoués et que ces discriminations relèvent d’une responsabilité collective en tant que société. » (Plateforme de revendications Pour une politique en itinérance, RSIQ, p.1)

C


Comité consultatif sur l’itinérance

« Le mandat du Comité consultatif sur l’itinérance consiste à soutenir le renouvellement de la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance d’Emploi et Développement social Canada après 2018-2019. »  (Définition du gouvernement du Canada)

Commission des affaires sociales

« Pour rendre son travail plus efficace, l’Assemblée nationale s’est dotée de commissions parlementaires, qui s’acquittent  d’une part considérable du travail parlementaire. Une commission est un groupe de travail composé d’un nombre restreint de députés chargés de l’examen des questions relevant de sa compétence. » (Définition de l’Assemblée nationale du Québec)

D


Droit de cité

« Les personnes en situation d’itinérance sont souvent marginalisées : sans toit,exclues du marché de l’emploi salarié, exclues de la vie politique, et même « mises dehors de dehors ». Il est réclamé ici qu’elles soient reconnues d’abord et avant tout comme des citoyen.ne.s à part entière du Québec. »  (Plateforme de revendications Pour une politique en itinérance, RSIQ, p.9)

« Nous reconnaissons aux personnes en situation d’itinérance le droit de cité qui s’exprime par le droit à: un revenu décent permettant la couverture des besoins essentiels notamment le logement et l’alimentation ; un logement adéquat et financièrement accessible, ce qui signifie non seulement un abri, mais aussi un endroit où vivre en sécurité et avec dignité ; au soutien contre la négligence, les abus et l’exploitation ; (d’accès à) des services, ressources et activités gratuits, confidentiels et appropriés notamment en matière médicale, psychosociale, psychiatrique comme en matière juridique ou d’éducation ; une adhésion libre quant aux mesures, programmes, activités et services leur étant destinés ; la citoyenneté. Les personnes en situation d’itinérance doivent être reconnues comme des citoyens à part entière avec les droits et responsabilités que cela comporte. Elles doivent pouvoir exercer leur liberté d’expression et s’engager à leur mesure. Elles doivent également pouvoir avoir accès à l’espace public au même titre que les autres citoyens. » (Déclaration Le Droit de Cité, RSIQ, 2005)

E


Entente Canada-Québec

À la différence des autres provinces, l’Entente Canada-Québec établit les modes de collaboration entre les deux paliers gouvernementaux concernant la mise en oeuvre de la Stratégie Canadienne de Lutte à l’Itinérance. Les objectifs et priorités du gouvernement canadien sont énumérés dans le document, suivi par les définitions, objectifs, principes directeurs et priorités québécoises.

I


IPAC

En 1999, le gouvernement Chrétien annonce la Stratégie nationale pour les sans-abri, qui inclut de multiples programmes, dont l’Initiative de partenariats en action communautaire (IPAC). Prévu n’exister que pour trois ans (2001-2003), l’IPAC sera reconduite pour 2003-2006 (gouvernement libéral), puis pour 2006-2007. Elle deviendra ensuite l’IPLI.

IPLI

Initiative de partenariats de lutte à l’itinérance, auparavant appelée l’IPAC. Elle existera pour la période 2007-2009, sous les conservateurs, et deviendra la SPLI.

P


Politique nationale de lutte contre l’itinérance

Cette politique a pour objectif de doter le Québec d’une stratégie globale, cohérente et durable pour prévenir et contrer l’itinérance au Québec. Elle traduit la volonté du gouvernement d’agir sur les dimensions sociales, structurelles et individuelles de ce phénomène. Elle propose une vision et une définition du phénomène de l’itinérance tel qu’il est observé au Québec. Cette politique vise à interpeller et à mobiliser tous les acteurs de la société civile concernés par le phénomène de l’itinérance autour de six principes directeurs. Présentation de la Politique par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

S


SCLI

Stratégie canadienne de lutte à l’itinérance Vers un chez soi prévue pour 2019-2029, auparavant la SPLI. L’Entente Canada-Québec qui doit baliser son déploiement est en cours de négociation.

SPLI

Stratégie de partenariats de lutte à l’itinérance, auparavant IPLI, reconduite pour 2009-2014 sous le gouvernement conservateur.